À la suite de la fusillade de Toronto, l’APC veut dissiper le mythe voulant que la violence et la maladie mentale soient liées