L’avis de la psychiatrie est nécessaire à propos des mesures de sauvegarde de l’aide médicale à mourir