Le traitement de première ligne de l’insomnie ne devrait pas comporter une utilisation systématique des antipsychotiques, selon les psychiatres canadiens